L'écran c'est le miroir entre les joueurs et le MJ et quel que soit le côté où vous êtes, il y a toujours un autre côté... Venez donc explorer ma face du miroir

jeudi 27 février 2020

Eestival et morts - conclusion


25 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
4ième heure -une place d’Eastmyr, non loin du manoir T’orgh
Une foule de curieux et quelques nobles de mes connaissances étaient venues pour assister au duel. J’avais décidé de pousser le jeu aussi loin que possible, que ça me rapporte et que j’augmente mon prestige. Le duel ne dura pas longtemps. Déstabilisé par mon « ingrédient spécial » Chakos T’orgh n’était que l’ombre de lui-même. J'ai trouver avec une facilité déconcertante la faille dans sa garde et lui ait transpercé le coeur d’un seul coup. La famille T’orgh était consternée... sauf Ssapriina, qui après avoir appris la mort de sa soeur, assistait à celle de l’amant de celle-ci. Son ascension va être vertigineuse.
 
26 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
6ième heure - « les profondeurs enténébrées », une taverne d’Eastmyr
Ssapriina est a l’heure. La future apprentie de la faern qu’ellar [mage de maison, un titre important dans une maison noble] de la maison T’orgh sait que ce n’est pas le moment de faire une bêtise. Nous louons une pièce à part où nous ne serons pas dérangé. La nécromancienne se lance dans des incantations pour éveiller l’esprit du focus. 
source : https://za.pinterest.com/pin/716424253200396277/
 
 
Quelle surprise d’y voir ma mère ! [que Vorghyrn a tué alors qu'elle essayait elle-même de le tuer, voir "De Charybde en Scylla"] Je n’ai aucun mal a deviner quel est ce fameux secret qui nous menace et pourquoi mon père m’a si obligeamment avertis. Reste à savoir ce que je vais faire de Ssapriina. Le plus simple serait de la tuer, mais j’ai toujours pensé que tuer des gens par simplicité était une mauvaise gestion des « ressources ». Après-tout Ssapriina et moi partageons quelques secrets et avons recours au même moyen pour les même raisons. On pourrait s’entendre, d’autant que ses compétences me seraient utiles. Lui faisant valoir que j’ai fais plus qu’affaiblir sa soeur, je lui propose de manipuler l’esprit dans le focus pour donner une fausse information à la maison Maison Melarn.

Les paladines de Lolth feront une « vérification » lors d’un rite et tout sera en ordre, ce qui va détourner leur soupçons quelques temps. Après la visite d’une Melarn et de son escorte, je révèle à la matrone T’risstree que cette visite était le résulta de mes actions de contre-espionnage. J’espérais plaider ma cause mais je ne suis qu’un mâle et la matrone m’a à peine écouté… voilà bien la voie de Lolth... [la société drow est une société extrêmement matriarcale]
 
-----------------------------
 
Résumé technique 
 
25 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
4ième heure -une place d’Eastmyr, non loin du manoir T’orgh
Une foule de curieux et quelques nobles de mes connaissances étaient venues pour assister au duel. J’avais décidé de pousser le jeu aussi loin que possible, que ça me rapporte et que j’augmente mon prestige [Vorghyrn mise de l'argent. j'ai juste repris l'activité "gambling" pour avoir des tables de gains et ce, avant bien sûr de savoir si le poison fonctionnerait. Pour le renom, il s'agit simplement de la règle du renom de "Menzoberranzan : City of intrigue]. Le duel ne dura pas longtemps. Déstabilisé par mon « ingrédient spécial » Chakos T’orgh n’était que l’ombre de lui-même. J'ai trouver avec une facilité déconcertante la faille dans sa garde et lui ait transpercé le coeur d’un seul coup. [alignement des planètes en terme de jet. Chakos échoue à son jet de sauvegarde contre le poison, du Carrion crawler mucus et se retrouve paralysé. au premier round, Vorghyrn se retrouve mécaniquement avec l'initiative et place un coup critique avec sa dague empoisonnée pour laquelle le guerrier rate également le jet de sauvegarde. un autre coup de dague en action bonus est également un coup critique et achève le guerrier]
La famille T’orgh était consternée... sauf Ssapriina, qui après avoir appris la mort de sa soeur, assistait à celle de l’amant de celle-ci. Son ascension va être vertigineuse.
 
26 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
6ième heure - « les profondeurs enténébrées », une taverne d’Eastmyr
Ssapriina est a l’heure. La future apprentie de la faern qu’ellar de la maison T’orgh sait que ce n’est pas le moment de faire une bêtise. Nous louons une pièce à part où nous ne serons pas dérangé. La nécromancienne se lance dans des incantations pour éveiller l’esprit du focus. [c'est la conclusion, je me contente donc de vérifier, par des jet de question/réponse si d'autres péripéties surviennent. La nécromancienne essaie-elle de trahir Vorghyrn ? non. Un jet de persuasion facile, assortis d'un bon prix pour avoir un endroit discret ? réussi. La nécromancienne peut-elle déverrouiller le focus ? oui]
 
Quelle surprise d’y voir ma mère ! [ici c'est le deck de Tarroka qui m'inspire l'apparition de la mère de Vorghyrn, via la combinaison de cartes "thief" et "traitor". Je venais de relire le récapitulatif des actions de Vorghyrn et l'histoire de sa mère m'est revenu.] Je n’ai aucun mal a deviner quel est ce fameux secret qui nous menace et pourquoi mon père m’a si obligeamment avertis. Reste à savoir ce que je vais faire de Ssapriina. Le plus simple serait de la tuer, mais j’ai toujours pensé que tuer des gens par simplicité était une mauvaise gestion des « ressources ». Après-tout Ssapriina et moi partageons quelques secrets et avons recours au même moyen pour les même raisons. On pourrait s’entendre, d’autant que ses compétences me seraient utiles. Lui faisant valoir que j’ai fais plus qu’affaiblir sa soeur, je lui propose de manipuler l’esprit dans le focus pour donner une fausse information à la maison Maison Melarn. [un simple jet d'interaction sociale sous persuasion D20 + score en persuasion +2, l'objectif est de faire 13+. Ce +2 vient du fait que j'ai tiré l'état d'esprit de Ssapriina au hasard sur la table de la solo toolbox avec un bonus de +20, pour refléter les action de Vorghyrn. Le jet est réussi et Ssapriina accepte d'accorder ce "bonus" à Vorghyrn]

Les paladines de Lolth feront une « vérification » lors d’un rite et tout sera en ordre, ce qui va détourner leur soupçons quelques temps. Après la visite d’une Melarn et de son escorte, je révèle à la matrone T’risstree que cette visite était le résulta de mes actions de contre-espionnage. J’espérais plaider ma cause mais je ne suis qu’un mâle et la matrone m’a à peine écouté… voilà bien la voie de Lolth... [également un jet social avec la matrone, sur le même principe que ci-dessus, pour gagner de l'utilité dans la maison Shezrizzen. J'obtiens comme état d'esprit "ennuyée" pour la matrone, qui me donne un -4 et le jet s'avère raté (6-). Vorghyrn mettra bien sûr ceci sur le compte du matriarcat]
 

vendredi 21 février 2020

festival et morts - épisode 4

Si vous avez manqué le début :


19ième heure - manoir N'ashezrizzen
j’ai pu en apprendre plus sur le maitre d’arme. Ca m’a coûté cher, mais ça me sera utile. On le dit assez doué et il a déjà vaincu des adversaires que j’ai également vaincu. Le combat sera donc serré. Je n’aime pas les combats serré et il va donc falloir me trouver un moyen de me procurer des avantages. Je me suis fournis en poisons et j’ai bien l’intention de faire une petite visite à Darpa… Peut être que j’y trouverai des éléments intéressant ?
 
21ième heure - manoir T’orgh

Neutraliser un garde et me faire passer pour lui, fut assez simple. Je n’aurais pas pensé qu’ils utilisaient des mots de passe dans cette famille de gueux mais le lire dans l’esprit du deuxième garde n’a pas été trop compliqué. M’enquérir de l’endroit où se trouvait l’apprentie Darpa également. Reste a trouver un moyen de contourner le sort d’alarme [sort qui alerte télépathiquement la mage si quelqu'un pénètre dans un lieu qu'elle a marqué sans avoir prononcé un mot de commande]. J’aurais besoin d’une diversion ou d’une invitation. J’opte pour l’invitation. Voici le scénario: prétendre détenir un message de la part de Chakos au sujet du duel du lendemain, me faire inviter dans le sanctuaire, tuer la mage, repartir. Le plan manque un peu de saveur mais il est efficace. La mage ne se méfia pas et me fit entrer, quasiment sans lever les yeux sur le simple garde que j'étais.
Darpa T'orgh
Note pour plus tard, bien mémoriser les visage de tous les inférieurs qui travaillent pour moi ! Elle est donc virtuellement morte, mais il serait idiot de ne pas en profiter pour glaner une information sur le maitre d’arme. Elle évoque une potion qu’elle accepterait de me remettre pour « mon maitre ». Évidement la faveur ne sera pas gratuite mais ce n'est pas vraiment mon problème et je doute que Darpa ait l’occasion de se la faire payer... doublement même. Je prend la potion et fait mine de sortir. Grâce à mes talents arcaniques [un petit sort de télékinésie], je manipule la porte pour faire croire à la mage que j’ai quitté son sanctuaire et me dissimule pour attendre mon heure. Reste son familier, qui s’agite. Le corbeau n’a pas de mal à me découvrir et risque d’alerter sa maitresse. Je le tue donc prestement et dissimule sa mort à sa maitresse, bien trop concentré sur ses études pour y prêter garde.
 Lorsque la mage commence sa transe, je décide de passer à l’action. En m’approchant d’elle, je sent son parfum, doux, délicat, qui me fait la désirer avant de la tuer. Je sais que c’était un charme mais mon corps ne veut pas l’entendre et il me faut puiser dans les retranchements de mon entrainement d'assassin à Mele-Magthere [académie drow où sont formé les jeunes nobles aux arts physiques : combat, discrétion, tactique, diplomatie et assassinat/espionnage] pour juguler ce désir et me livrer à ma sinistre besogne. Une fois le charme rompu, il m'est facile de la tuer rapidement et proprement. Avec un bon maquillage de la scène du crime, on la croira victime d'un sort qu'elle n'a pas su maitriser.

Je me rend ensuite chez Chakos pour lui remettre une potion à la place de celle donnée par feu Drapa et à laquelle j’avais ajouté un ingrédient « spécial ». Le maitre d’arme, bien qu’ensommeillé ne semble pas me reconnaitre comme un garde et je sens son soupons monter en lui. Le mâle remonte dans mon estime pour sa vigilance.  Heureusement, j’avais pris soin de préparer un faux parchemin imitant l’écriture de Drapa [grâce a un sort capable de créer de faux documents] et expliquant la raison de cette visite. Ses soupçons ont été étouffés par la passion qu'il a pour l'apprentie-mage (ou plutôt feu l'apprentit-mage). Pathétique !
 
Ayant bien travaillé, je quittait le manoir T’orgh laissant une morte derrière moi et un autre en sursis. 
 
--------------------------------------
 
Partie technique
 
19ième heure - manoir N'ashezrizzen
j’ai pu en apprendre plus sur le maitre d’arme. Ca m’a coûté cher, mais ça me sera utile. [activité hors-aventure : effectuer une recherche, que j'applique en aventure. J'ai payé pour avoir un bonus] On le dit assez doué et il a déjà vaincu des adversaires que j’ai également vaincu. Le combat sera donc serré. [via la solotoolbox, je tire son niveau : niveau 4, donc équivalent à mon perso. Je prendrais des caractéristique d'un CR difficile pour un niveau 4 seul]
Je n’aime pas les combats serré et il va donc falloir me trouver un moyen de me procurer des avantages. Je me suis fournis en poisons et j’ai bien l’intention de faire une petite visite à Darpa… Peut être que j’y trouverai des éléments intéressant ?
 
21ième heure - manoir T’orgh

Neutraliser un garde et me faire passer pour lui, fut assez simple. Je n’aurais pas pensé qu’ils utilisaient des mots de passe dans cette famille de gueux mais le lire dans l’esprit du deuxième garde n’a pas été trop compliqué. [comme souvent, pour les phases dinfiltration, je joue ça avec un défi de compétence, assez simple ici puisque nous parlons d'une maison très faible. Le stâches sont : neutraliser un garde, passer un poste de garde, localiser les quartiers de Darpa et y pénétrer.
Neutraliser un garde, se fait par un jet de description réussi. Passer un poste de garde n'a pas réussi au premier jet, j'ajoute donc que les gardes ont un mot de passe, que Vorghyrn ignore. Il utilise son amulette de lecture des pensées et cela fonctionne car le garde échoue dans son JS Sagesse. Il rattrape donc le coup]
M’enquérir de l’endroit où se trouvait l’apprentie Darpa également. 
[jet de persuasion facilement réussi, 3 des 4 tâches sont réussi avec seulement un échec sur les 3 autorisés]
Reste a trouver un moyen de contourner le sort d’alarme. J’aurais besoin d’une diversion ou d’une invitation. J’opte pour l’invitation. Voici le scénario: prétendre détenir un message de la part de Chakos au sujet du duel du lendemain, me faire inviter dans le sanctuaire, tuer la mage, repartir. Le plan manque un peu de saveur mais il est efficace [Vorghyrn a comme défaut "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?" il aime la sophistication, les plans tordus et avoir un peu de challenge. Mais je ne le joue pas ici, essentiellement parce qu'il était tard et que je commençais à fatiguer]. La mage ne se méfia pas et me fit entrer, quasiment sans lever les yeux sur le simple garde que j'étais. Note pour plus tard, bien mémoriser les visage de tous les inférieurs qui travaillent pour moi ! [un simple jet de tromperie, mais difficile, brillamment réussi]
Elle est donc virtuellement morte, mais il serait idiot de ne pas en profiter pour glaner une information sur le maitre d’arme. [voilà un moyen de jouer le défaut de Vorghyrn]. Elle évoque une potion qu’elle accepterait de me remettre pour « mon maitre ». Évidement la faveur ne sera pas gratuite mais ce n'est pas vraiment mon problème et je doute que Darpa ait l’occasion de se la faire payer... [petit tirage sur la table des verbe de la solo toolbox. J'obtiens "renforcer", imaginons donc une potion, d'héroïsme, par exemple, qui serait transmise au maitre d'arme avant le combat. On peut imaginer que chez les drow, la "triche magique" n'est pas un vrai problème mais que, même au sein d'une maison, ce genre d'aide n'est jamais gratuite] doublement même. Je prend la potion et fait mine de sortir. Grâce à mes talents arcaniques, je manipule la porte pour faire croire à la mage que j’ai quitté son sanctuaire et me dissimule pour attendre mon heure [utilisation du sort "mage hand" plus un jet de discrétion, c'est un échec mais de peu, j'active donc la manoeuvre de MC "rendre la vie compliquée MAINTENANT"]. Reste son familier, qui s’agite. Le corbeau n’a pas de mal à me découvrir et risque d’alerter sa maitresse. Je le tue donc prestement et dissimule sa mort à sa maitresse, bien trop concentré sur ses études pour y prêter garde. [un jet d'attaque pour tuer un corbeau tel que décris dans le Monster Manual + un autre jet de discrétion pour éviter que la mage s'en rendent compte. Tout se passe bien]
 Lorsque la mage commence sa transe, je décide de passer à l’action. En m’approchant d’elle, je sent son parfum, doux, délicat, qui me fait la désirer avant de la tuer. Je sais que c’était un charme mais mon corps ne veut pas l’entendre et il me faut puiser dans les retranchements de mon entrainement d'assassin à Mele-Magthere pour juguler ce désir et me livrer à ma sinistre besogne. [aller ! c'était presque trop facile, la mage ayant les carac d'une apprentie, un coup critique réussi suffirait largement à la tuer. J'ai ajouté une étape pour l'assassinat, l'existence d'une sorte de charme de défense, proche d'un sort de commandement toujours actif si on s'approche trop d'elle. Vorghyrn rate le JS volonté mais de peu, je lui fait dépenser un hero point pour augmenter le résultat d'un D6, ce qui me permet de réussir le jet]
Une fois le charme rompu, il m'est facile de la tuer rapidement et proprement. Avec un bon maquillage de la scène du crime, on la croira victime d'un sort qu'elle n'a pas su maitriser. [ici, j'applique un jet de tromperie mais sous intelligence. Vu que Vorghyrn possède aussi un score raisonnable en arcane, on dira qu'il déguise le meurtre en incident magique]

Je me rend ensuite chez Chakos pour lui remettre une potion à la place de celle donnée par feu Drapa et à laquelle j’avais ajouté un ingrédient « spécial ». [scène jouée en flashback mon perso fait une deuxième recherche pour obtenir une potion de poison, j'ai pris un poison infligenant un peu de dégât mais avec un DD de résistance élevé. Ca coute cher, mais c'est le genre de truc que Vorghyrn ferait] Le maitre d’arme, bien qu’ensommeillé ne semble pas me reconnaitre comme un garde et je sens son soupons monter en lui [jet de tromperie raté, j'active "montrer le canon du flingue" Vorghyrn n'est pas grillé mais ça en prend le chemin]. Le mâle remonte dans mon estime, pour sa vigilance.  Heureusement, j’avais pris soin de préparer un faux parchemin imitant l’écriture de Drapa [grâce au sort "illusionary script, un sort sous-évalué, et en ayant étudié l'écriture de Darpa] et expliquant la raison de cette visite. Ses soupçons ont été étouffés par la passion qu'il a pour l'apprentie-mage (ou plutôt feu l'apprentit-mage). Pathétique ! [je considère que illusionary script me donne le droit à un deuxième jet, avec désavantage, mais que je réussi]
 
Ayant bien travaillé, je quittait le manoir T’orgh laissant une morte derrière moi et un autre en sursis. 
 

samedi 15 février 2020

festival et morts - épisode 3


Si vous avez manqué le début :
24 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
4ième heure -manoir T’orgh
J’ai passé une nuit horrible a transpirer et à boire. J’avais envie de toucher ce sachet [de drogue, dont Vorghyrn est dépendant, cf l'épisode 2], d’en inhaler le contenu et d’arrêter de souffrir mais, je savais que ce geste signerai ma perte. J’ai silencieusement prié Shar et je crois que la déesse m’a entendu. Au matin, la fièvre avait disparue et j’ai retrouvé un esprit clair. Par contre, je jurerai avoir sentis une présence qui m’observait pendant mes prières. Espérons que ce n’était qu’une impression…

Mon rendez-vous avec Ssapriina n’a rien que de très officiel. Je suis censé lui transmettre un message d’un maitre de Sorcere. Je suis malgré tout reçu à la table d’honneur de la famille. J’ai beau être un mâle, ma maison est bien plus prestigieuse que la maison T’orgh [maison qui fournie à la Maison de Vorghyrn quelques éléments de valeur, cf "Guerre commerciale]. Soga T’orgh, la mère matrone m’adresse même la parole une fois lors du diner. Lors de la prière à Loth, je note le vif intérêt de Drada pour ma personne. Un intérêt que je ne qualifierai pas d’enviable. Il ne m’a pas fallu être grand clerc pour comprendre que Chakos et Darda sont de mèche et que le maitre d’arme à prévenu l’apprentie de ma présence hier sur les lieux de l’incident [cf l'épisode 2]. J’essaie de désamorcer de possible accusation en évoquant la scène de la veille, à laquelle je reconnais avoir assisté dans l’espoir d’accomplir ma mission, et en louant la férocité de la garde T’orgh face à d’immonde colnbluths [terme péjoratif pour parler des non-drows]. C’était visiblement ce qu’attendait Chakos. Feignant d’être insulté par mes propos, le maitre d’arme me défi en duel pour prouver que la maison T’orgh n’a rien à envier à des maisons plus prestigieuse. Le défi sera publique, bien sûr, et l’honneur de ma maison veut que je le relève. Je ne sais rien de ce mâle et de ses talents d’escrimeur. Je relève le défi, donc, mais j’obtiens qu’il soit différé au lendemain, au prétexte qu’il ne serait pas correct de blesser le maitre d’arme d’une maison qui m’a invité. La matrone semble sensible à l’argument.
Chakos T'orgh

Seul avec Ssapriina, je lui expose le réel motif de ma venu : j’ai besoin de quelqu’un qui sache parler aux morts. En échange, je lui offre de neutraliser Chakos, qui semble être l’âme damnée de sa soeur, ce qui devrait affaiblir celle-ci et offrir à Ssapriina une opportunité de conquérir la place qu’elle mérite. Elle accepte mon marché.

En sortant du manoir Darpa m’aborde. Elle ne sais pas ce que je fabrique avec sa soeur mais elle sais que ma fidélité à la Reine-Araignée laisse à désirer. Elle saurait garder cette information secrète si je « ne fais pas l’imbécile » demain. Je fais mine d’acquiescer.

A priori, beaucoup de gens de la maison T’orgh vont devoir mourir demain. Chakos à cause de son défi, Darpa parce qu’elle sait des choses bien trop dangereuses et je n’ai encore rien décidé pour Ssapriina. Ca dépendra de ce qu’elle apprend par ses dons de nécromancie.
------------
 Partie technique


24 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan
4ième heure -manoir T’orgh
J’ai passé une nuit horrible a transpirer et à boire. J’avais envie de toucher ce sachet, d’en inhaler le contenu et d’arrêter de souffrir mais, je savais que ce geste signerai ma perte. J’ai silencieusement prié Shar et je crois que la déesse m’a entendu. Au matin, la fièvre avait disparue et j’ai retrouvé un esprit clair.
[au moment d'introduire l'idée que mon personnage pouvait devenir dépendant à la drogue, j'étais plutôt emballé. Ca pouvait faire un excellent arc narratif. Toutefois, l'épisode arrive trop tard et perd de son intêret, j'ai donc décidé de jouer ça comme une péripétie secondaire. C'est donc un défi de compétence, constitution, sagesse, religion, un peu de contre-poison, puisque mon perso maitrise le kit de poison. Le défi est un succès et comme mon perso n'a pas consommé de drogue récemment, il peut se débarasser de l'addiction mais ne doit pas y retomber.]
Par contre, je jurerai avoir sentis une présence qui m’observait pendant mes prières. Espérons que ce n’était qu’une impression… 
[j'avais ajouter une prière à Shar pour renforcé un JS sagesse raté de peu, j'ai choisi la manoeuvre "montrer le canon du flingue" pour cet échec. Quequ'un se rend compte qu'il prie Shar]

Mon rendez-vous avec Ssapriina n’a rien que de très officiel. Je suis censé lui transmettre un message d’un maitre de Sorcere. Je suis malgré tout reçu à la table d’honneur de la famille. J’ai beau être un mâle, ma maison est bien plus prestigieuse que la maison T’orgh. Soga T’orgh, la mère matrone m’adresse même la parole une fois lors du diner. Lors de la prière à Loth, je note le vif intérêt de Drada pour ma personne. Un intérêt que je ne qualifierai pas d’enviable.
Il ne m’a pas fallu être grand clerc pour comprendre que Chakos et Darda sont de mèche et que le maitre d’arme à prévenu l’apprentie de ma présence hier sur les lieux de l’incident [j'utilise le repas comme opportunité pour voir si mon perso remarque des éléments "psychologique" utiles pour la suite. C'est un jet ouvert, avec moins de 10 au jet d'intuition, il ne remarquerai rien, au delà, il remarque un élément par tranche de 5 au résultat (10,15,20, voire 25), avec un 12 mon perso identifie la connivence entre la soeur de Ssapriina et le maitre d'arme. J'introduis également le fais que cette Darda pourrait être celle qui m'espionnait, magiquement, pendant ma prière. Mon perso l'ignore mais ça me fait un trempin pour la scène suivante]. J’essaie de désamorcer de possible accusation en évoquant la scène de la veille, à laquelle je reconnais avoir assisté dans l’espoir d’accomplir ma mission, et en louant la férocité de la garde T’orgh face à d’immonde colnbluths. C’était visiblement ce qu’attendait Chakos. Feignant d’être insulté par mes propos, le maitre d’arme me défi en duel pour prouver que la maison T’orgh n’a rien à envier à des maisons plus prestigieuse. [un magnifique 1 sur le D20 pour un jet de persuasion, que je joue comme un jet d'étiquette. Ca pourrait être intéressant d'en faire un échec critique. Avec une carte représentant des épées croisées, j'opte pour un duel avec le maitre d'arme]
Le défi sera publique, bien sûr, et l’honneur de ma maison veut que je le relève. Je ne sais rien de ce mâle et de ses talents d’escrimeur. Je relève le défi, donc, mais j’obtiens qu’il soit différé au lendemain, au prétexte qu’il ne serait pas correct de blesser le maitre d’arme d’une maison qui m’a invité. La matrone semble sensible à l’argument. 
[petit jet de manipulation sociale, tromperie donc, pour que le duel n'ait pas lieu le jour même. Vorghyrn est un assez bon duelliste mais un meilleur assassin. Son arme est l'information, il est logique qu'il essaie de gagner du temps. C'est une réussite]

Seul avec Ssapriina, je lui expose le réel motif de ma venu : j’ai besoin de quelqu’un qui sache parler aux morts. En échange, je lui offre de neutraliser Chakos, qui semble être l’âme damnée de sa soeur, ce qui devrait affaiblir celle-ci et offrir à Ssapriina une opportunité de conquérir la place qu’elle mérite. Elle accepte mon marché. 
[tirage sur la table d'état d'esprit de Ssapriina qui est plutôt positif : +3 à mon jet. Je lui propose donc un marché assez flou mais raisonnable, compte tenu de la situation et j'obtien largement le 13+ au jet, nécessaire pour qu'elle accepte. C'est la façon de gérer les interaction sociale avec les PNJ de la solo toolbox : score de compétence + modificateur d'état d'esprit + D20, Sur un 13+ le PNJ fait ce que le PJ lui demande, sur un 7-12 il accepte mais il y a une complication, sur un 6- il refuse]

En sortant du manoir Darpa m’aborde. Elle ne sais pas ce que je fabrique avec sa soeur mais elle sais que ma fidélité à la Reine-Araignée laisse à désirer. Elle saurait garder cette information secrète si je « ne fais pas l’imbécile » demain. Je fais mine d’acquiescer. 
[Voilà la scène qui me permet de résoudre le fait que ma prière a été découverte. Je n'avais pas envie d'avoir cet élément qui trainait dans une note, genre "séance 23 : quelqu'un a espionné Vorghyrn pendant sa prière à Shar". Il y a trop de risque que j'oublie cet élément, je préfère donc l'utiliser de suite dans le scénar en en faisant une menace. Si il n'est pas géré, il y a un gros risque que ça augmente le compteur "la foi de Vorghyrn est révélée"]

A priori, beaucoup de gens de la maison T’orgh vont devoir mourir demain. Chakos à cause de son défi, Darpa parce qu’elle sait des choses bien trop dangereuses et je n’ai encore rien décidé pour Ssapriina. Ca dépendra de ce qu’elle apprend par ses dons de nécromancie.

dimanche 9 février 2020

festival et morts - épisode 2


Si vous avez manqué le début :

8ième heure
Grâce aux contacts de mon père, j’ai pu en trouver une [une nécromancienne, cf l'épisode 1], une femelle du nom de Ssapriina T’orgh, qui, n’ayant pas l’heur d’être la faern qu’ellar [terme drow désignant le maitre mage d'une Maison noble] de sa maison, vend sans honte ses services. Ca nous met sur une base commune elle et moi, d’autant que Dinin T’orgh, un de ses frères par leur père, me doit la vie suite à la petite vendetta commerciale contre notre maison [cf "Guerre commerciale"]
Quelques questions bien posées à Sorcere m’ont permis d’apprendre que Ssapriina était toujours restée dans l’ombre de Drada, sa soeur, brillante élémentaliste. Drada est devenue l’apprentie de la faern qu’ellar de leur maison alors que Ssapriina a été reléguée à du travail de novice à Sorcere. Probablement une ficelle à tirer… 

14ième heure - entre Eastmyr et les Braeryn
Le festival est un moment où nous, drows, aimons nous montrer. Nous, nos maisons, notre magie, nos talents, notre perversité… tout est prétexte à démonstration. Les maisons nobles en sont particulièrement friandes et, cela fait souvent mes affaires. La maison T’orgh n’est pas très puissante, à vrai dire, elle mérite à peine le qualificatif de « noble », mais elle parade quand même dans son quartier, à la limite de la silencieuse Eastmyr et des puants Braeryn [deux quartiers de Menzoberranzan. Eastmyr est un quartier relativement calme et de classe moyenne/aisée, connu pour permettre des "affaires préives" relativement discrètes/ Les Braeryn est un quartier pauvre où vivent des drows dans la déchéance et même pire: des non-drows !]. A l’image de cette maison. Cela lui coûtera cher, bien sûr, mais le prestige compte plus que l’argent.

Je tâche de repérer Ssapriina. Je fini par la remarquer sur un des chars en grande conversation avec un mâle tout en arme. Chakos T’orgh, le maitre d’arme de la maison. Je ne sais pas ce qu’il vaut une arme à la main, mais il est observateur car il m’a remarqué. La prise de contacte va être plus compliqué que prévu.
Plutôt que de prendre le risque d’attirer l’attention, je fais passer par un garde un parchemin que seule Ssapriina pourra lire. J’espère qu’elle sera réceptive à mon invitation. La réponse ne tarde pas. Elle accepte de me rencontrer mais cela se fera en sa demeure. Cela pourrait être un piège mais j’accepte.

J’allais partir quand les événements commencent à déraper. Un groupe de colnbluths [terme péjoratifs pour parler des non-drows], ayant probablement abusé de quelques mauvais alcool, s’attaque à la procession. L’attaque est subite et ne semble pas préméditée, les gardes réagissent sans discernement et se ruent sur les colnbluths, oubliant leur rôle, je me rend compte alors que le phénomène de violence aveugle qui semble s’emparer de Menzoberranzan doit être à l’oeuvre ici. J’y résiste d’ailleurs moi-même difficilement. Profitant d’un moment pour reprendre mes esprits, je me retrouve face à trois orcs puants l’ail et la viande faisandée. Je m'en défais assez rapidement, mais non sans, encore une fois, attirer l’attention du maitre d’arme, ce qui m’oblige a quitter les lieux prestement. En tournant dans une ruelle, j’entre-aperçois une figure que je ne connais que trop bien : Jeharth ! Mon esprit se brouille à nouveau mais je parviens à garder pied. Je me dirige vers l’ermite, qui m’adresse la parole avec un calme olympien.
"Je vois que vous appréciez mon travail"
"c’est vous qui êtes derrière tout ça ?"
"Moi ? non. Je ne suis que le catalyseur. La substance qui encourage ce que nous avons au plus profond de nous. A propos, j’espère que les migraine sont supportables ?"
J’ai un mouvement de recul. Comment sait-il cela ? Il reprend avec un sourire narquois
"Je peux les apaiser dit-il en sortant un sachet et en me montrant une poudre que je connais bien. Il suffit de le demander gentiment"
"Je pourrais aussi m’en emparer sur votre cadavre"
"Vous pourriez essayer. Et même si vous y arriviez, combien de temps croyez-vous que cela va durer ? Vous avez besoin de moi" 
Il a raison. Pour l’instant, je ne peux pas risquer de le tuer et de mourir empoisonné par sa drogue.
"Combien ?"
"Rien, Le spectacle que vous m’avez offert tout à l’heure m’a suffit." 
Il me tend le sachet et me tourne le dos. Je résiste à l’envie de lui enfoncer ma dague dans le coeur. Plus tard. 
-------------------------------------------------
Résumé "technique"
8ième heure
Grâce aux contacts de mon père, j’ai pu en trouver une, une femelle du nom de Ssapriina T’orgh, qui, n’ayant pas l’heur d’être la faern qu’ellar de sa maison, vend sans honte ses services. 
[suite à un accord avec la maison Barrisson del'Armgo, mon perso peut utiliser une fois par aventure l'activité "faire une recherche" qui se fait normalement entre aventure. Le temps est réduit à 1 jours et c'est un jet d'investigation, pour lequel il peut en plus payer. Cette activité est très utiles et je l'utilise souvent, parfois même pour gérer d'autres situations. D'une manière générale, je recomande l'usage des activités entre aventure pour gérer des demandes de PJ et aussi donner une notion du temps.]
Ca nous met sur une base commune elle et moi, d’autant que Dinin T’orgh, un de ses frères par leur père, me doit la vie suite à la petite vendetta commerciale contre notre maison.
Quelques questions bien posées à Sorcere m’ont permis d’apprendre que Ssapriina était toujours restée dans l’ombre de Drada, sa soeur, brillante élémentaliste. Drada est devenue l’apprentie de la faern qu’ellar de leur maison alors que Ssapriina a été reléguée à du travail de novice à Sorcere. Probablement une ficelle à tirer…  
[j'ai obtenu tout ça par une combinaison de tirages sur le deck de Tarokka et de tirage de situation/sentiment sur des tables aléatoires de la solo toolbox. Reprenons :
- l'élémentaliste dans mes tirages évoque un ou une autre mage. Je pense évidement à une concurrence très drow entre des mages de la même maison.
- un tirage de verbe de situation sur la solo toolbox me donne "envier"
 j'avais au début pensé que l'élémentaliste était la mage de maison et que la nécromancienne voulait sa place, j'ai fait un petit tirage de question/réponse et, non, l'élémentaliste n'est pas la mage de maison, elles sont donc en compétition pour ce titre. Voilà donc la situation]

14ième heure - entre Eastmyr et les Braeryn
Le festival est un moment où nous, drows, aimons nous montrer. Nous, nos maisons, notre magie, nos talents, notre perversité… tout est prétexte à démonstration. Les maisons nobles en sont particulièrement friandes et, cela fait souvent mes affaires. La maison T’orgh n’est pas très puissante, à vrai dire, elle mérite à peine le qualificatif de « noble », mais elle parade quand même dans son quartier, à la limite de la silencieuse Eastmyr et des puants Braeryn. A l’image de cette maison. Cela lui coûtera cher, bien sûr, mais le prestige compte plus que l’argent.
[en préparant la partie, j'avais mis comme scène possible "défilé d'une maison noble dans les rues en signe de puissance. ça m'a paru être le bon moment pour la sortir, en l'adaptant à une maison plutôt faible]

 
Je tâche de repérer Ssapriina. Je fini par la remarquer sur un des chars en grande conversation avec un mâle tout en arme. Chakos T’orgh, le maitre d’arme de la maison. Je ne sais pas ce qu’il vaut une arme à la main, mais il est observateur car il m’a remarqué. La prise de contacte va être plus compliqué que prévu.
[échec de peu sur un jet de perception. Quand un jet est un échec de moins de 5 par rapport au DD, je considère que c'est un "oui, mais" une réussite mais qui attire une complication, immédiate ou future. Ici, introduire le fait que Vorghyrn ait été remarqué permettra potentiellement de créer des complications par la suite, si le besoin s'en fait sentir]
Plutôt que de prendre le risque d’attirer l’attention, je fais passer par un garde un parchemin que seule Ssapriina pourra lire. J’espère qu’elle sera réceptive à mon invitation. La réponse ne tarde pas. Elle accepte de me rencontrer mais cela se fera en sa demeure. Cela pourrait être un piège mais j’accepte. 
[utilisation du sort "illusionary script" de warlock. Un excellent sort pour faire des trucs hors-combat. Le jet de persuasion sur le garde est largement réussi]

J’allais partir quand les événements commencent à déraper. Un groupe de colnbluths, ayant probablement abusé de quelques mauvais alcool, s’attaque à la procession. L’attaque est subite et ne semble pas préméditée, les gardes réagissent sans discernement et se ruent sur les colnbluths, oubliant leur rôle, je me rend compte alors que le phénomène de violence aveugle qui semble s’emparer de Menzoberranzan doit être à l’oeuvre ici.
[deuxième partie de ma scène de la "démonstration de pouvoir d'une maison noble": l'attaque par des gueux. L'occasion est intéressante et s'explique bien des éléments précédents de la campagne, entre autre l'existence d'une éffluve démoniaque qui poussent les gens dans une rage folle]
 J’y résiste d’ailleurs moi-même difficilement. Profitant d’un moment pour reprendre mes esprits, je me retrouve face à trois orcs puants l’ail et la viande faisandée. Je m'en défais assez rapidement, mais non sans, encore une fois, attirer l’attention du maitre d’arme, ce qui m’oblige a quitter les lieux prestement. 
[JS sagesse réussi, mais de peu, j'introduis une petite complication "distrayante": un combat. Rien de particulier à signaler mais en faisant un jet de question réponse pour voir si Vorghyrn a pu être repéré, la réponse est oui. Je confirme donc pour le maitre d'arme que je vais forcément réutilisé dans la suite et pas que passivement]
En tournant dans une ruelle, j’entre-aperçois une figure que je ne connais que trop bien : Jeharth ! Mon esprit se brouille à nouveau mais je parviens à garder pied.
[mon tirage de Tarokka m'avait donné "le druide" qui est la carte qui représente Jeharth, responsable de la diffusion des effluves démoniaques  j'essaie donc de le faire intervenir, d'autant que ça s'y prête avec la situation. Ici, une petite scène de dialogue entre ennemis, me parait intéressante]
 
Je me dirige vers l’ermite, qui m’adresse la parole avec un calme olympien.
"Je vois que vous appréciez mon travail"
"c’est vous qui êtes derrière tout ça ?"
"Moi ? non. Je ne suis que le catalyseur. La substance qui encourage ce que nous avons au plus profond de nous. A propos, j’espère que les migraine sont supportables ?"
J’ai un mouvement de recul. Comment sait-il cela ? Il reprend avec un sourire narquois
"Je peux les apaiser dit-il en sortant un sachet et en me montrant une poudre que je connais bien. Il suffit de le demander gentiment"
"Je pourrais aussi m’en emparer sur votre cadavre"
"Vous pourriez essayer. Et même si vous y arriviez, combien de temps croyez-vous que cela va durer ? Vous avez besoin de moi" 
Il a raison. Pour l’instant, je ne peux pas risquer de le tuer et de mourir empoisonné par sa drogue.
"Combien ?"
"Rien, Le spectacle que vous m’avez offert tout à l’heure m’a suffit." 
Il me tend le sachet et me tourne le dos. Je résiste à l’envie de lui enfoncer ma dague dans le coeur. Plus tard.
[Un seul jet sur cette scène, voir si Jeharth arrive à me convaincre de ne pas l'attaquer, en jouant son rôle de trafiquant, d'autant que Vorghyrn a une dépendance à sa drogue depuis le dernier scénar. j'ai fait un jet de persuasion inversé : 1D20 + son bonus en persuasion - mon bonus en sagesse + 4 parce que je suis dépendant, l'objectif est de faire 13+ pour oui et 7+ pour un oui mais. C'est le mode de fonctionnement des interaction sociales de la solo toolbox pour les PJ. A noté que j'aurais aussi pu faire un JS volonté mais j'aime bien l'idée d'inverser le jet social. Il réussi, je me soumet donc à sa demande] 

jeudi 6 février 2020

Festival et morts - épisode 1

Voici un nouveau scénario des aventures de Vorghyrn. A la suite de quelques demandes, je teste un nouveau concept : deux versions du compte-rendu, un "littéraire" comme d'habitude, l'autre agrémenté d'éléments techniques pour comprendre comment fonction la partie en solo. La version littéraire est en premier et la version technique en 2ième. Vous me direz si ça vous plait.


23 Flamerige 5403 après la fondation de Menzoberranzan

1er heure
La période du festival [le festival de la fondation de Menzoberranzan] est toujours un temps propice pour moi. Les nobles s’amusent, dépensent de l’or, voit leur famille et racontent des choses. J’ai souvent fais d’excellentes affaires en ces temps. Et cette année, j’attends dans l’ombre d’une ruelle en espérant en avoir fini avant que mon absence au repas de notre famille ne soit remarquée… 
Je ne m’attendais pas à recevoir un message de mon père [qui appartient la la Maison Barisson d'el Armgo] m’avertissant d’une menace importante contre la Maison Shezrizzen. J’aurais plutôt pensé que toute division de notre puissance lui procurait un certain plaisir. J’imagine que, pour qu’il se soit donné la peine de me transmettre ça, c’est qu’il y voit un intérêt… Cette pensée m’a autant motivée que la reconnaissance que j’espère tirer d’avoir éviter un problème à notre maison. 
Pour être plus précis mon géniteur me signale que Morennel Xorlarrin, maitre à Sorcere [académie de magie de Menzoberranzan], a découvert quelque chose d’assez compromettant sur ma maison et en fait part, avec des preuves, à quelqu’un dans la Maison Melarn [maison d'inquisitrices]. Quoique ce soit, je présume qu’il vaut mieux que ça n’atteigne jamais les oreilles des paladines de Lolth. Grâce à quelque indiscrétions à Sorcere, je sais qui Morennel a chargé de transporter les éléments et par où cette personne va passer. Voilà pourquoi je suis tapis dans sur un toit donnant sur un rue non loin du bazaar au lieu de profiter du festival chez moi.



Voilà ma cible. Pas seule, évidement. C’est vraiment dommage que je n’ai pas eu plus de temps pour en savoir plus sur les gens qui l’accompagnent. Ca ne m’a pas l’air trop compliqué, deux gardes seulement et… une panthère ! Heureusement, je suis un individu prévoyant (ou plutôt chanceux) et j’ai exactement ce qu’il faut.
Abattre les gardes ne fut qu’une formalité, rendre la panthère inoffensive grâce à une potion d’amitié animale [potion qui permet de communiquer avec les animeaux] n’a fait que me coûter un peu de ressources, par contre, quand cet imbécile s’est enfuit et à réussi à atteindre une rue fréquentée, ça m’a vraiment agacé. Tirer deux carreaux d’arbalète dans la foule n’était pas ce qu’il y avait de plus subtil, surtout quand le premier carreau à touché un manant qui passait par là, mais ça mis fin au problème, en tout cas à celui-ci. Le suivant a été de repousser la foule en colère. Compliqué, mais surement pas autant que si j'avais eu à poursuivre un envoyé d’un maitre de Sorcere dans toute la ville. J'ai toutefois juste eu le temps de récupérer ce que j’étais venu chercher, à savoir un message et un petit objet. Ensuite, il a fallu convaincre les gardes que j’étais au service d’un groupe de prêtresses qui cherchait cet individus. Ca n’a pas été simple non plus et j'ai pris un gros risque en mentionnant Sabrae Melarn. Nul doute que ça finira par revenir à quelqu'un et pas à mon avantage, mais enfin, pour l'instant, je ne suis pas au sur le chevalet de torture d'une de ces fanatiques de Mélarn. J'aviserai quand les problèmes se présenteront...

Je m’attendais à une révélation foudroyante, j’ai simplement eu un message sibyllin :

Chère Noquar
je suis sûr que vous ne manquerez pas d’être intéressée par les révélations de cet esprit. Ce focus et une nécromancienne compétente, je ne doute pas que vous en trouviez facilement une, vous donnerons des informations intéressantes sur la maison Shezrizzen. 
Quarvalsharess xal belbau dos lil belbol del emender dro*
Morennel Xorlarin, Maitre de Sorecere.

Il va donc falloir que je trouve une nécromancienne compétente et discrète…

* Que la Déesse vous permette de continuer à vivre


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Version "technique" 

La période du festival est toujours un temps propice pour moi. Les nobles s’amusent, dépensent de l’or, voit leur famille et racontent des choses.
[après ma dernière partie, j'ai fais avancé le calendrier de quelques semaines, cela m'amène après le festival de la fondation de Menzoberranzan mais comme c'est un moment important de la vie de la cité, j'ai décidé de jouer une aventure à cette période]

J’ai souvent fais d’excellentes affaires en ces temps. Et cette année, j’attends dans l’ombre d’une ruelle en espérant en avoir fini avant que mon absence au repas de notre famille ne soit remarquée…
 
Je ne m’attendais pas à recevoir un message de mon père  m’avertissant d’une menace importante contre la Maison Shezrizzen. J’aurais plutôt pensé que toute division de notre puissance lui procurait un certain plaisir. J’imagine que, pour qu’il se soit donné la peine de me transmettre ça, c’est qu’il y voit un intérêt… Cette pensée m’a autant motivée que la reconnaissance que j’espère tirer d’avoir éviter un problème à notre maison. 
Pour être plus précis mon géniteur me signale que Morennel Xorlarrin, maitre à Sorcere, a découvert quelque chose d’assez compromettant sur ma maison et en fait part, avec des preuves, à quelqu’un dans la Maison Melarn. Quoique ce soit, je présume qu’il vaut mieux que ça n’atteigne jamais les oreilles des paladines de Lolth. Grâce à quelque indiscrétions à Sorcere, je sais qui Morennel a chargé de transporter les éléments et par où cette personne va passer. Voilà pourquoi je suis tapis dans sur un toit donnant sur un rue non loin du bazaar au lieu de profiter du festival chez moi.

[un petit tirage aléatoire sur la table des quêtes de la solo toolbox me donne comme sujet de quête "objet important /message / personne nécessitant un transport" et comme action "détruire". Etant d'humeur à l'intrigue, je retiens donc l'idée de détruire un message et imagine une information compromettante pour Vorghyrn ou sa famille. Ayant envie de relancer la quête donner par mon père, je décide que c'est lui qui me prévient de l'existence de cette information compromettante.

Pour la dernière phrase, commencer, in media res, me convient assez bien. J'imagine bien mon perso préparant son embuscade depuis quelques heures, au milieu d'une ville en fête]

Voilà ma cible. Pas seule, évidement.  C’est vraiment dommage que je n’ai pas eu plus de temps pour en savoir plus sur les gens qui l’accompagnent. Ca ne m’a pas l’air trop compliqué, deux gardes seulement et… une panthère ! [un petit tirage à la question est-elle sans protection me donne un non ferme et même 1 sur le dé, j'ajoute une complication : la panthère, qui est un peu dissimulée. Je teste la perception de mon perso, qui la remarque. Par contre aucun des adeversaire ne le remarque, lui. La table des rencontre, me donne quand même une rencontre facile, les gardes sont donc de bas niveau.]

Heureusement, je suis un individu prévoyant (ou plutôt chanceux) et j’ai exactement ce qu’il faut.
Abattre les gardes ne fut qu’une formalité, rendre la panthère inoffensive grâce à une potion d’amitié animale [trouvé lors d'un scénar précédent] n’a fait que me coûter un peu de ressources, par contre, quand cet imbécile s’est enfuit et à réussi à atteindre une rue fréquentée, ça m’a vraiment agacé.
[en fait, j'ai utilisé une approche assez bête, rétrospectivement. Vorghyrn a utilisé sa surprise pour éliminer les gardes et une action pour ordonner à la panthère de partir. C'était classe mais pas malin. En réalisant ça au cours du combat, je décide que, logiquement, sa cible en profite pour prendre la fuite]

Tirer deux carreaux d’arbalète dans la foule n’était pas ce qu’il y avait de plus subtil, surtout quand le premier carreau à touché un manant qui passait par là, mais ça mis fin au problème, en tout cas à celui-ci. Le suivant a été de repousser la foule en colère. Compliqué, mais surement pas autant que si j'avais eu à poursuivre un envoyé d’un maitre de Sorcere dans toute la ville.
[assez incroyablement, Vorghyrn rate son premier tir et j'opte pour la manoeuvre de MJ, "rendez-leur la vie compliquée, maintenant !" un passant abattu, donc, et une foule qui se met en colère, le deuxième tir est largement suffisant pour éliminer un assistant de mage]

Repousser la foule en colère c’est avéré un peu compliqué mais surement pas autant que de poursuivre un envoyé d’un maitre de Sorcere dans toute la ville.
[Vorghyrn réussi tout juste son jet d'intimidation contre une foule en colère. j'opte pour une manoeuvre "douce" : "expliquer les conséquences et demandez-leur si ils sont sûr". Vorghyrn veut fouiller le messager mais ça impliquera forcément quelque chose, l'arrivée de gardes par exemple. Là je suis un peu schizophrène MJ/PJ ! je me demande si Vorghyrn prendrai le risque de fouiller rapidement le messager mais en échange, de devoir gérer des gardes qui seront sur lui. A priori, oui. Vorghyrn est noble et confiant envers ses qualité de beau parleur]
 
J'ai toutefois juste eu le temps de récupérer ce que j’étais venu chercher, à savoir un message et un petit objet. Ensuite, il a fallu convaincre les gardes que j’étais au service d’un groupe de prêtresses qui cherchait cet individus. Ca n’a pas été simple non plus et j'ai pris un gros risque en mentionnant Sabrae Melarn. Nul doute que ça finira par revenir à quelqu'un et pas à mon avantage, mais enfin, pour l'instant, je ne suis pas au sur le chevalet de torture d'une de ces fanatiques de Mélarn. J'aviserai quand les problèmes se présenteront
 [Le jet de tromperie est raté de 1. J'opte pour "montrez-leur le canon du flingue". Vorghyrn lâche un nom pour s'en sortir, mais ça va forcément créer des problèmes à un moment. Je note que, en tant que MJ, ça me permet "d'activer" le compteur des prêtresses de Lolth qui ont eu vent de manigances de Vorghyrn au cours de précédents scénars, sans l'avoir encore identifié, et qui sont donc après lui.]

Je m’attendais à une révélation foudroyante, j’ai simplement eu un message sibyllin :

Chère Noquar
je suis sûr que vous ne manquerez pas d’être intéressée par les révélations de cet esprit. Ce focus et une nécromancienne compétente, je ne doute pas que vous en trouviez facilement une, vous donnerons des informations intéressantes sur la maison Shezrizzen. 
Quarvalsharess xal belbau dos lil belbol del emender dro*
Morennel Xorlarin, Maitre de Sorecere.

Il va donc falloir que je trouve une nécromancienne compétente et discrète…
 [La quête ne pouvait bien sûr pas se finir aussi facilement. Comme rebondissement, j'ai opté pour le fait que le message transporté n'était pas facile à lire. J'ai toujours 3 cartes du deck de Tarokka (les cartes de Curse of Stradh) devant moi, l'une d'elle est "necromancer", je pars donc sur l'idée qu'un nécromancien va être nécessaire. Nous sommes chez les drows, les femelles dominent, j'opte donc pour le féminin par défaut. La suite de la quête est donc toute trouvée !]

mercredi 22 janvier 2020

Naissance dans les Ténèbres : éclosion

Pour vous rafraichir la mémoire :
  1.  épisode 1 
  2. épisode 2 
  3. épisode 3


21 Kythorn 1486
1er heure

[cette scène est purement narrative, il s'agit d'un moment important pour le background de Vorghyrn, aucun jet de dé n'est nécessaire. C'était d'ailleurs un plaisir à écrire]

Quelle grandeur ! quelle majesté ! quelle puissance !
Je suis arrivé au lieu que m’avait indiqué Vyrnyla, une grotte à 2 heure de lézard de Menzoberranzan. Sans plan, je ne l’aurais jamais trouvé. La caverne était petite et entièrement plongée dans le noir. Les bruits, même était étrangement étouffés. Vyrnyla m’avait explicitement ordonné de ne pas créer la moindre source de lumière. C’est donc a tâtons que j’ai sortie la boite et l’ai ouverte pour exposer l’oeuf aux ténèbres. Lors de l’ouverture, un mécanisme m’a piqué et quelque gouttes de sang sont tombé sur l’oeuf. J’ai implicitement compris que cela faisait partie du rituel et que c’était le moment de chuchoter la courte prière que Vyrnyla m’avait fait apprendre. 
C’est alors que j’ai sentit cette présence. 
Je n’avais jamais ressentit avec tant d’acuité. Nous autres, drow, sommes habitué à voir dans le noir. Certains apprennent à combattre dans les ténèbres absolus mais la plupart des drows sont peu familiers au fait de perdre la vue. C’est mon cas. Ressentir sans voir était une expérience nouvelle. Mais le plus incroyable était cette présence. Je ne pourrais jamais la décrire avec précision. Caché mais totalement perceptible, subtile et forte à la fois, pleine de promesses mais de danger. C’était une présence divine mais différente de ce que je connaissais avec la Reine-araignée. Comme je l’avais ressentit ces derniers temps, un autre monde s’ouvrait à moi, je « voyais » pour la première fois autre chose. Lolth est une déesse subtile, l’ignorer serait une insulte à tout le peuple drow. Mais dans Menzoberranzan, la violence et la force de sa loi sont beaucoup plus évidente que sa ruse et sa subtilité. Pour les drows, les mâles surtout, Lolth est l’objet d’une crainte à cause de la violence que son culte propage. Ce n’était pas le cas ici. La parcelle de divinité présente, car je ne m’illusionne pas sur le fait que c’était pas Shar en personne qui m’était apparu dans les ténèbres, était tout aussi subtile mais sans cette tension de violence. Elle me suggérait que le pouvoir pouvait être mien, que tout ce que je voulais pouvais être mien, à condition que j’en sois capable… et que je la vénère. Je n’ai pas hésité. Etais-je victime d’un sort de charme ? je ne pense pas. Je suis un enfant des ténèbres, un vendeur de secret, un assassin. Pour toutes ces raisons, vénérer Shar me semble normal, presque logique. Est-ce que cela me détourne de Lolth ? selon elle, oui, selon moi, pas forcément. En tout cas, la promesse de Shar est trop forte et le jeu m’a paru en valoir la chandelle, tant sur le terme du profit que, et surtout, par respect pour ce que je suis. Je me suis donc laissé emporté par les ténèbres.
Mon sang a coulé un peu plus fort, j’ai entendu un craquement puis un rugissement. Je sais qu’aucun bruit n’a brisé le divin silence de la caverne, ces bruits sont arrivé directement dans mon cerveau, ainsi que la grandiose image du dragon d’ombre 

Ce n’était pas un dragonnet. Il est né avec sa taille adulte, peut être plus encore. Il portait en lui l’essence divine de Shar et mon sang l’avait éveillé. Ce faisant, j’avais crée un lien avec la créature et les ténèbres qu’elle représentait. J’avais signé un pacte de sang avec les ténèbres. Le dragon s’est envolé et m’a traversé, me murmurant des paroles qui se sont gravées dans ma mémoire, avant de franchir le seuil de la grotte. J’ai tout juste eu le temps de comprendre que ce seuil était devenu un portail vers le plan des ombres avant de m’évanouir sous la puissance qui s’est propagée dans mes veines.

A mon réveil, mais blessures était soignée et j’étais mieux qu’après le meilleur massage possible. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que le passage du dragon d’ombre avait fait plus que me remettre en forme. D’abord, une petite marque en forme de demi-lune violette était apparue au dessus de mon nombril. Je constaterai ces prochains jours qu’elle change de place après mes transes, mais qu’elle reste toujours sur des zone que je peux à peu près couvrir sous un vêtement. Elle est trop régulière pour être une marque de naissance, à coup sûr, elle m’attirerai des questions. Est-ce un test ? je ne peux que le penser en l’associant à ce que m’avait dit Ixytho’xothyril, le dragon d’ombre et mon lien avec Shar. Il m’avait en effet révélé que Shar m’offrant une parcelle de son pouvoir sur l’ombre. Ce pouvoir était à moi tant que je la vénérai, que j’assistais son culte, au travers de la personne de Vyrnyla et que je lui prouvais ma capacité à garder un secret en la priant au beau milieu de Menzoberranzan.

13ième heure 
Je suis de retour à Menzoberranzan, au milieu de la toile de l’Araignée. Je retrouve Vyrnyla dans un endroit convenu pour lui dire que ma mission est accomplie. Nous échangeons peu de mots ou de signe mais elle voit bien que j’ai changé et que maintenant, je suis des siens. Elle me dit de revenir plus tard, pour parler de ce qui m’est arrivé. Je me garde bien sûr de lui dire que Ixytho’xothyril m’a mis à son service. J’obéi à l’Ombre mais je ne suis pas obligé de me mettre à nouveau une chaine tenu par une femelle drow n’est-ce pas ? après tout, c’est bien ça dont j’essaie de m’échapper !

Il temps de plonger dans un nouveau monde des Ombres 
[passage de niveau ! Vorghyrn prend un niveau de Sorcier pacte de l'hexblade, faute de mieux. La classe n'est pas parfaitement ce qu'il faudrait en terme mécanique mais c'est tellement cohérent avec le background que je n'ai pas hésité]